En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

Harper: Respectez les droits des Premières Nations

Au Premier Ministre Harper:

En tant que citoyens unis derrière les dirigeants des Premières nations, nous vous demandons de négocier avec eux ce vendredi dans un esprit de valeurs et objectifs partagés, et de convenir d'un mécanisme qui permettrait aux Premières Nations du Canada de bloquer toute loi modifiant leurs droits, terres, ainsi que leur accès, consommation et qualité d'eau potable si cette loi outrepassait leur consentement libre, préalable et éclairé. Cette mesure est indispensable pour garantir que les droits des citoyens des Premières nations du Canada soient pleinement respectés.

Indiquez votre adresse e-mail:
Entrez votre numéro de téléphone si vous souhaitez être contacté(e) par téléphone ou par SMS.
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Derniers signataires

Les Conservateurs viennent de passer une loi mammouth mettant à sec la protection de nos lacs et rivières. En réaction, la chef Theresa Spence a entamé une grève de la faim courageuse, galvanisant des centaines de milliers de gens partout au Canada et dans le monde. Peinturé dans le coin, Stephen Harper n’a eu d’autre choix que d’accepter de rencontrer les dirigeants des Premières Nations ce vendredi – l’occasion d’une génération de réclamer une protection concrète pour les terres, l’eau et les droits des Premières Nations.

Le gouvernement s’approprie les terres des Premières Nations, rend leur eau tellement toxique qu’elle défigure les visages des enfants, et sous-finance brutalement les écoles et les soins de santé dans leurs communautés. Mais si les Premières Nations obtenaient le droit concret d’approuver toute loi relative à leurs droits territoriaux et aquatiques, tout cela pourrait changer – et il y a déjà un mouvement national sans précédent qui le réclame!

Si 50 000 d’entre nous signent cette pétition, notre appel sera acheminé directement à Stephen Harper d’ici vendredi afin que nous puissions contribuer à permettre aux Premières Nations de s’assurer que leurs droits ne soient pas piétinés.

Publié le 8 Janvier 2013

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: