Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

24 heures pour sauver un accord pour la planète

Indiquez votre adresse e-mail:
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Commentaires récents

Montrer des commentaires plus récents...
Charger plus de commentaires...
24 heures pour sauver un accord pour la planète

Dans 24 heures, les plus importantes négociations mondiales de notre génération pourraient échouer, sauf si la France et d'autres pays-clés tiennent leur promesse: aider les pays les plus pauvres à gérer les catastrophes déclenchées par le réchauffement climatique. Alors que nous nous sommes tous engagés, certains pays menacent de faire marche arrière. Nous avons besoin plus que jamais que la France et l'UE s'imposent comme chefs de file. Si nous submergeons nos ministres des Affaires étrangères et du développement Laurent Fabius et Pascal Canfin de messages, ils sauront que les citoyens français les regardent et attendent qu'ils honorent leurs promesses en sauvant cet accord. Envoyez vite un message.

Dans votre message vous pouvez utiliser les arguments suivants. Et n’oubliez pas de rester poli!

Quelques arguments
  • Les pays en développement ont besoin de financements à long terme pour lancer des investissements verts et s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique.
  • L’incapacité des pays riches à réunir l’enveloppe de 100 milliards d’euros promise il y a quatre ans menace toutes les négociations de Varsovie et pourrait anéantir les perspectives d’accord à Paris en 2015.
  • Les pays pauvres ont besoin de prévoir les financements. Et cela n’est pas nouveau: la Banque mondiale, par exemple, revoit son portefeuille tous les dix ans pour bénéficier d’une vue à long terme sur les fonds disponibles. C’est la même chose ici.
  • La France, pays-hôte du prochain sommet qui verra l'aboutissement du traité en 2015, doit faire en sorte que les pays développés honorent leur promesse de donner 100 milliards d'euros ou risquer l'échec des négociations avant le sommet de Paris.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un chat ou sur Skype: